UA-91051734-1

PRODUITS DE DESINFECTION: LE BON CHOIX?

Une tâche délicate pour l’assistante dentaire: La désinfection des dispositifs médicaux

L’idée de ce nouvel article m’est venue lorsqu’une excellente cliente m’a rendu un porte-empreinte dégradé et inutilisable après une première mise en service . Ce matériel est onéreux et de grande qualité. Après enquête, il s’est avéré que le produit utilisé pour la désinfection et le nettoyage du porte-empreinte était d’une marque qui m’était inconnue: un produit pour l’industrie.  J’ai échangé le matériel endommagé et j’ai fourni un produit qui me paraissait adapté, issu lui d’un fabricant connu de la profession. Evidemment il n’y a plus eu de souci par la suite. Je vais donc  vous proposer ma solution pour éviter ce genre de désagrément, après avoir cerné les différentes problématiques liées à la prise en charge des instruments contaminés: distinction des différents protocoles selon la nature du matériel souillé, la procédure de traitement de l’instrumentation réutilisable, la désinfection et le nettoyage des surfaces et les obligations légales.

Distinguer les différents dispositifs médicaux

Bien évidemment, les assistantes dentaires et des chirurgiens dentistes sont formés pour distinguer les différents dispositifs. Je me permets, cependant, de rappeler quelques règles fondamentales:

  • Le fabricant d’un dispositif médical doit selon la norme NF EN 17664,  indiquer les procédés appropriés pour le nettoyage, la désinfection et la stérilisation de son dispositif ainsi que toutes restrictions concernant le nombre possible d’utilisations.
  • Pour la hiérarchisation des risques infectieux, je vous renvoie au guide de prévention des infections liées aux soins en chirurgie dentaire.
  • Pour les dispositifs de catégorie critique (la large majorité du matériel utilisé dans la profession), il est recommandé de privilégier les dispositifs à usage unique: par exemple:  aiguilles anesthésiques, bistouris jetables, gants, embouts de seringues, rouleaux de coton, compresses, canules de pompe à salive etc. Pour le matériel réutilisable, il devra subir le cycle suivant: pré-désinfection (anciennement décontamination), nettoyage, rinçage, séchage (ces étapes peuvent être réalisées dans des appareils automatiques: thermo-désinfecteurs à bras rotatifs ou à ultrasons). Les instruments devront ensuite être conditionnés, puis stérilisés en autoclave. Micro 10+ UNIDENT, DENTASEPT 3H ANIOS, GIGASEPT INSTRU SCHULKE ou ID 212 FORTE DURR DENTAL sont d’excellents produits de pré-désinfection.

Les mesures particulières à certains dispositifs:

Entretien de l’aspiration chirurgicale

  • L’aspiration chirurgicale: on va distinguer: les canules qui devront soit être à usage unique (pompes à salive) ou subir le cycle complet des instruments critiques avec une stérilisation finale et les tubulures qui devront faire l’objet d’un nettoyage et d’une désinfection régulière, notamment après chaque acte sanglant. L’aspiration d’un demi-litre d’une solution désinfectante adaptée sera obligatoire (OROTOL PLUS, ASPIRMATIC, PULIJET PLUS, ALPROJET D…). La solution devra obligatoirement être aspirée dans un récipient spécifique, qui va associer air et solution et créer ainsi des turbulences dans les tuyaux, facilitant leur nettoyage. Je recommande d’y associer un entretien hebdomadaire avec un produit de nettoyage qui va éliminer le biofilm et dissoudre les dépôts. exemple: MD 555, ASPIRMATIC CLEANER, ALPROJET W… Dans tous les cas, je vous conseille de vous référer aux recommandations du fabricant de votre pompe d’aspiration. Autres points essentiels, les filtres doivent être nettoyés et désinfectés chaque jour et changés régulièrement.
  • L’unit dentaire, nous avons déjà évoqué le cas des instruments dynamiques, de la seringue à air-eau. Les pièces à mains de détarteur doivent subir le cycle des instruments critiques et être donc aussi stérilisés. Il en va de même pour les poignées de scialytique, si elles sont démontables et autoclavables (se référer aux recommandations du fabricant). Pour ce qui est de l’eau des units, je vous recommande un traitement de l’eau pour limiter la prolifération de la flore hydrique. Les équipements modernes proposent cette fonction en option ou de série sur les modèles haut de gamme. Pour les units plus anciens, il est toujours possible de rajouter un réservoir indépendant. Il suffira alors de diluer une solution à de l’eau déminéralisée (si l’eau de la ville est calcaire) pour limiter la prolifération bactérienne dans le réseau hydrique de l’unit: Calbénium Bipron,Stérispray. Pour les surfaces de l’unit contaminés par les sprays, ainsi que les autres matériels ou mobiliers contaminés, il faudra utiliser un produit détergent-désinfectant entre chaque patient.
  • Traitement des films radiologiques, capteurs, embouts de lampes, caméras etc. empreintes, prothèses: Protection à usage unique: pour les capteurs,films numériques, embouts: lampes, caméras… Nettoyage à l’eau claire pour les empreintes, films puis désinfection dans un produit adapté. Les empreintes doivent être acheminés au laboratoire dans un sachet plastique étanche, lui-même, enfermé dans une boîte de protection. Le dentiste devra en outre s’assurer que les prothèses auront subi le même traitement avant la pause en bouche.

Traitement de l’instrument réutilisable

Le bac de décontamination: étape 1 pré-désinfection

Le traitement des dispositifs réutilisables comprend obligatoirement plusieurs étapes qui doivent être scrupuleusement respectées. Il est aussi bon de rappeler que toutes les manipulations d’instruments durant les phases de pré-désinfection et nettoyage nécessitent le port de gants adaptés: EN374, de lunettes et de masque contre les risques de projection. Le GUIDE DE PREVENTION DES INFECTIONS LIEES AUX SOINS EN CHIRURGIE DENTAIRE ET EN STOMATOLOGIE édité par le ministère de la santé propose un schéma très complet: cycle traitement de l’instrumentation réutilisable.

L’étape qui nous intéresse est donc la pré-désinfection. C’est une étape préalable à la stérilisation. C’est le premier traitement à effectuer en utilisant un produit détergent-désinfectant, sur les
objets et matériels souillés dans le but de diminuer la population des micro-organismes, de faciliter le nettoyage ultérieur, et de protéger le personnel lors de la manipulation des matériels. Cette intervention doit être réalisée aussitôt l’instrument utilisé.

2 points à ajouter:

  1. Il est préférable de traiter séparément l’instrumentation rotative: (instrumentation endodontique et fraises), de l’instrumentation à main. En effet ces instruments nécessitent pour un parfait nettoyage un passage au bac à ultrasons. Il est préférable de faire tremper, ces instruments coûteux et fragiles, fabriqués dans des alliages complexes, dans un bain adapté. Idéalement le produit doit avoir un haut pouvoir nettoyant, s’utiliser pur (limite les phénomènes d’électrolyse) et posséder des agents anticorrosion: ID220: DURR DENTAL, ROTASEPT: SCHULKE ou DENTASEPT SPECIAL ROTATIF… Un bac spécifique dédié à ces petits instruments sera installé à côté du bac classique: FRASATOR inox, plastique ou en opaline.

    Bac de pré-désinfection dédié aux instruments rotatifs.

  2. Pour les instruments fortement souillés par le sang: instruments de chirurgie, canules à sang etc. Il est recommandé d’utiliser un produit enzymatique, qui facilitera grandement les étapes de nettoyage: DENTASEPT TRI-ENZYMATIC: ANIOS, GYGAZYME X-TRA: SCHULKE ou ID 215 DURR DENTAL. ATTENTION: Certains produits enzymatiques industriels sont très corrosifs.

Une fois les instruments décontaminés dans ce bac, ils vont devoir être correctement rincés, nettoyés (en ultrasons, en thermodésinfecteur,  en automate ou manuellement). Pour rappel, on ne met sous sachet et en autoclave que des instruments décontaminés, propres et secs…

Désinfection et nettoyage des surfaces

Les surfaces de la salle de soins situées à proximité de l’unit sont contaminées par des micro-organismes issus des patients, des intervenants et des matériels (contacts manuels, projections, diffusions des sprays des instruments dynamiques …). Cette contamination des surfaces constitue un réservoir potentiel pouvant jouer un rôle dans la contamination croisée. Il convient donc de mettre en œuvre des procédés visant à limiter ce risque. Le procédé le plus courant se fait en une étape avec un produit nettoyant désinfectant. Ce produit imbibe une lingette qui va être passée sur les zones contaminées. Ce même produit peut aussi être présenté en flacon et être vaporisé sur les surfaces souillées, il conviendra ensuite de frotter avec un essuie-mains. Des matériaux fragiles sont utilisés par les fabricants de dispositifs médicaux:  ABS, skaï etc. Je vous recommande vivement de lire la notice d’emploi qui préconise des produits testés avec les différents composants des dispositifs médicaux. Exemple: Sirona fournit une plaquette indiquant les produits compatibles avec ces units, fauteuil, radios…

Les produits de surface recommandés sont sans alcool ou avec un taux faible d’alcool pour limiter les risques de jaunissement des carters en ABS ou le durcissement des skaïs: FD 366 SENSITIVE: DURR DENTAL ou MICROZYD UNIVERSAL SCHULKE. Je vous recommande vivement d’utiliser ce type de produit, outre leur respect des matériaux, ils limitent les risques d’allergie à l’alcool. Un nouveau système commercialisé par Durr Dental: HYGOWIPE+,  me parait particulièrement pratique, ingénieux et innovant: un distributeur à capteur pour lingettes de désinfection. On choisit le produit d’imprégnation, on peut utiliser des lingettes sèches en cas de vaporisation. Il n’y a plus de contact physique avec un contenant: système infrarouge, les lingettes sont toujours idéalement imbibées. Le produit est économique et écologique: plus d’emballage à acheter et à éliminer. Cette solution me parait vouée à un bel avenir.

Hygowipe plus: distributeur automatique de lingettes.

L’entretien des autres surfaces (sols, surfaces autres que celles du fauteuil et accessoires) sera réalisé quotidiennement. Dans ce cas précis, l’utilisation de produit spécifique n’est pas indispensable. Même si les fabricants proposent des produits de qualité: FD300 DURR DENTAL, TERRALIN SENSITIV SCHULKE…

Exigences légales et recommandations

Une gamme de produits recommandés par le fabricant du matériel dentaire

Un produit de pré-désinfection où l’on va immerger les instruments réutilisables souillés doit être au minimum bactéricide, fongicide et partiellement virucide. Voir tableau des normes européennes en lien.

Mais tout aussi essentiel, est de respecter les concentrations, les temps d’action, le mode d’emploi: temps de rinçage, utilisable ou non en ultrasons, les délais de conservation des solutions et du produit, ainsi que les matériaux compatibles…

Ces recommandations valent également pour les produits de surfaces, ils doivent être aussi bactéricide, fongicide et partiellement virucide. Les temps d’action sont à vérifier. Je vois régulièrement dans les cabinets, des produits avec des temps d’action de 5 minutes ou plus… Cela signifie qu’il faut prévoir un délai d’au moins 5 minutes après la désinfection des surfaces du cabinet, pour accueillir un nouveau patient… Incompatible avec la réalité d’une majorité de cabinets. Alors que des produits spécifiques dentaires vont être efficaces en 1 minute. (FD 322 DURR DENTAL) Je vous rappelle que vos produits doivent être nettoyant et désinfectant… Je me permets aussi de vous conseiller de vous référer aux recommandations des fabricants de matériel dentaire avant de choisir un produit.

Il existe des plans d’hygiène très bien faits que je vous engage à afficher dans le local de stérilisation. Je vous encourage aussi  à imprimer toutes les fiches d’information produit que vous utilisez.

En conclusion, je vous recommande de sélectionner une seule gamme d’hygiène d’un fabricant de produits dentaires. Les exigences de notre profession ne sont pas les mêmes qu’en milieu hospitalier ou pire qu’en supermarché. Je vois trop de produits, peut-être aux normes, mais qui ne sont pas adaptés à la profession: produits agressifs, temps d’exposition inappropriés, efficacité limitée… Les gains financiers promis sont rarement de bons calculs. Je vous conseille de lire attentivement le protocole d’entretien de votre fauteuil. Le fabricant va vous recommander deux ou trois produits d’entretien. Choisissez une de ces marques et limitez vous y, en utilisant les produits de cette gamme. Vous afficherez en salle de stérilisation le plan d’hygiène de ce fabricant, vous imprimerez les fiches d’utilisation et les fiches sécurité des produits que vous aurez sélectionnés, en fonction de votre type d’activité. (omnipratique, implantologie, orthodontie…) Ces informations seront toujours à la disposition du personnel du cabinet. Il existe certainement des produits de label privé de qualité, mais dans une activité aussi sensible et réglementée que l’hygiène au cabinet dentaire, je ne prendrais pas ce risque. Les gammes DENTASEPT ANIOS, DURR DENTAL, SCHULKE, ALPRO, METASYS sont de bons choix. Je vous avoue que j’ai un faible pour la gamme DURR DENTAL pour les raisons suivantes:

Une gamme complète de produits d’hygiène: DURR DENTAL

  • Code couleur pratique: bleu: instruments, jaune: aspiration et empreinte, vert: surfaces, rose: hygiène des mains.
  • Qualité des produits: respect des normes, recommandés par la plupart des fabricants de fauteuils.
  • Large choix de produits: certainement la gamme la plus complète, couvrant toutes les exigences des cabinets dentaires.
  • Fabricant d’aspiration chirurgicale: bonne connaissance des exigences liées à la décontamination des systèmes d’aspiration.
  • Informations claires et complètes.
  • Durr Dental comme son nom l’indique est un fournisseur exclusif de notre profession. Les produits sont donc développés en prenant en compte les exigences spécifiques du cabinet dentaire.

Ce choix est une assurance de matériel préservé et la garantie des normes respectées grâce à la réputation d’un des acteurs les plus sérieux de la profession.

 

 

 

 

 

 

0 Comments